VIVRE AU RYTHME DES SAISONS : VOICI LE TEMPS DE L’ÉTÉ

par | Juin 17, 2020 | Au rythme des saisons, Ecoute de soi et rituels | 0 commentaires

Un nouveau changement est en cours.

Les six premiers mois de l’année 2020 sont passées, plus ou moins rapidement selon vos ressentis personnels. Cette première moitié a, dans tous les cas, été synonyme de bien des transformations et des changements. Vous le ressentez certainement, ces derniers auront un impact fondamental sur notre futur personnel et commun. En quelques mois, beaucoup de situations ont basculé. Vous avez peut-être vécu des émotions contradictoires et profondes. Peut-être avez-vous eu du mal à prendre du recul sur celles-ci ? Peut-être avez-vous plongé au cœur de vous-même ? Quoique vous ayez choisi, nous avons tous été bousculés, mis face à nous-même. L’instabilité chronique des trois derniers mois a été à l’encontre de notre nature humaine. Je parle de cette faculté que nous avons à vouloir chronométrer chaque seconde de notre vie. La société est ainsi, elle impose un rythme avec lequel chacun évolue à sa manière. Et pourtant, Einstein l’a démontré : l’écoulement du temps est une illusion. Ce fait scientifique a été admis 1915. Néanmoins, en 2020, nous continuons à nous accrocher à ce besoin de faire les choses dans un temps imparti, dans un rythme journalier, hebdomadaire, mensuel, etc.

« Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure.Asseyez-vous auprès d’une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute.C’est ça la relativité. »
Albert Einstein, Mathématicien, physicien, scientifique(1879-1955)

Le temps est relatif. Il ne dépend que de vos ressentis propres. Mais pourquoi, je vous raconte tout cela ? Car les premiers mois de cette année ont apporté des leçons communes à l’ensemble du monde : l’instabilité a fait naître des émotions diverses en chacun de nous. De ces émotions ont découlé des comportements et des choix. L’un des grands points communs à tous dans cette instabilité fût de revoir son rapport au temps. Chacun a mis à profit ce début d’année à sa manière, peut-être en suivant certaines mouvances telles que s’autoriser de nouvelles activités, peut-être en acceptant de lâcher prise face au temps qui passe et, de vivre plus au jour le jour. Et, dans cette instabilité nous avons tous tirer des leçons pour retourner à nos essentiels, à nos fondamentaux personnels.

Et, c’est bien à mon sens, la plus grande leçon de ces six premiers mois 2020 : nos fondamentaux.

Aujourd’hui, je vais vous parler de ce que beaucoup attendent : un peu de stabilisation dans le temps de l’été, et d’un sujet fondamental : prendre soin de sa santé !

L’été, sa chaleur, son soleil, son ralentissement arrivent. Comme à chaque changement de saison, je fais le point sur la transformation apportée au travers de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Je continue de vous préparer ces articles en lien avec l’ouvrage La BioSanté des 5 saisons, Comment devenir acteur et responsable de votre BioSanté de Patrick Hoor.

La BioSanté, qu’est-ce que c’est ?

Vulgairement, la BioSanté serait l’équilibre des trois niveaux du corps humain (physique, organique, psychique) en prenant en compte son environnement, ainsi que les évolutions des saisons. En Occident, nous comptabilisons quatre saisons : printemps, été, automne, hiver. En Orient, et plus particulièrement en Médecine traditionnelle chinoise ou MTC, une intersaison est comptabilisée avant chaque saison que nous connaissons. Approximativement, les intersaisons se situent au début de février, mai, août et novembre.

En fonction de l’importance que vous accordez à vos ressentis personnels, peut-être vous est-il déjà arrivé de sentir un changement avant les dates calendaires. Vous savez maintenant pourquoi. Il est déjà difficile de suivre parfaitement le calendrier posé par l’humain car le cycle planétaire en fonction du soleil se transforme au fil des années ; et, je le rappelle, le temps est relatif. Mais, en plus, dans notre société, nous n’avons pas cette notion d’intersaison de manière naturelle, dirais-je.

L’été, la saison du feu

Alors, non je ne vais pas vous parler de canadair. Mais bien, des effets de cette saison agréable sur notre corps, autant que niveau physique que psychique.

L’été est la saison où l’énergie Yang se stabilise. Le Yang fait référence au soleil, alors que le Yin, son opposé, renvoie à l’arbre. Ces deux énergies sont un tout indissociable de votre force vitale, ou QI. Alors que le Yin contrôle la capacité d’intériorisation et de réceptivité d’une personne ; le Yang dynamise l’ensemble de l’être. Cette saison est donc tournée vers cette énergie de feu et sa capacité à mobiliser la masse sanguine.

L’organe –maître en est donc le cœur, responsable du transport du sang via les vaisseaux, et contrôlant la transpiration. Son bon fonctionnement assure un approvisionnement correct des tissus. Ce qui se traduit visuellement par un teint rose, brillant et les extrémités du corps chaudes. En cas d’insuffisance de l’alimentation en sang des tissus, il est possible d’observer l’effet inverse soit un teint pâle, terne et des extrémités (mains et pieds) froids. De même la thermorégulation de la sueur se joue là aussi. Les différents liquides organiques sont en lien direct avec un bon approvisionnement du sang.

En lien direct également avec le cœur, l’entraille en vue cette saison est l’intestin grêle, qui a une fonction de digestion. Ce dernier transforme la nourriture reçue. Evidemment, impossible de faire l’impasse sur l’importance des vaisseaux, dont les artères sont une catégorie en relation directe avec le cœur. Le tout renvoie à l’un des cinq sens : la parole. Le désir de parole est ici un point intéressant pour comprendre comment vous vous portez. En effet, un excès de parole ou un bégaiement peuvent être le signe d’un disfonctionnement de vos organes. La tonalité de votre voix est également un signe de l’état de votre cœur. Une voix forte peut signifier un déséquilibre du cœur. Des cris vont renvoyer à un déséquilibre du foie.

Attention, j’utilise le verbe pouvoir. Inutile de s’alarmer si cela est passager.

Le cœur est en relation également avec la langue. C’est d’ailleurs la pointe de la langue qui permet la perception des cinq saveurs. Une langue en bonne santé sera rose et pâle percevant toutes les saveurs. Une langue en mauvaise santé aura donc d’autres caractéristiques tel que ne plus percevoir toutes les saveurs ou bien qu’une seule.

Au niveau des émotions, la joie et la haine sont les références du moment. La joie peut aller du simple contentement à l’amour passion. On retiendra que le bonheur est évidemment salutaire, ou qu’un excès de joie peut aller jusqu’à la lésion du cœur. Tandis qu’un manque amenant de la tristesse démontrera un faible apport en sang. Le rire approprié, et non forcé, est un bon indicateur de joie. De même, si ce rire est inapproprié, cela est un signe de plus d’un déséquilibre.

Hyperfonctionnement et Hypofonctionnement, comment se situer ?

Si le cœur est sur-sollicité, le rire est facile et excessif, la voix sonore. La transpiration excessive est également un signe. Le visage rougit rapidement à la moindre émotion. La personne vit des anxiétés et des angoisses. Elle peut avoir de l’hypertension, dû à une hyperactivité physiologique ou pathologique, des inflammations ou des insomnies.

Si le cœur manque de sang, les larmes peuvent venir facilement. La sensibilité aux émotions est exacerbée. Le teint sera souvent pâle avec un sentiment de froid. Il est possible que l’individu ait des syncopes fréquemment ou/et une asthénie importante au moindre effort.

Quelles sont les thérapies de l’été ?

Les solutions sont nombreuses : ostéopathie, diététique, phytothérapie, aromathérapie, homéopathie. Dans tous les cas, si vous sentez des maux importants, prenez rendez-vous chez votre médecin. Vous pourrez œuvrer en parallèle avec ces médecines douces.

Ici, je ne vous proposerais que la diététique. Si vous voulez aller plus loin, deux solutions : tournez-vous vers des professionnels de chaque discipline ou, formez-vous.

L’amer à favoriser.

Voici l’été et sa panoplie de fruits et légumes gourmands. En cette saison, l’alimentation à saveur amère est à favoriser. L’amertume des aliments a un rôle durcissant et desséchant pour les vaisseaux. C’est ce qu’il leurs faut. Attention, tout de même à penser « équilibre ».

Les légumes verts et les fruits apportent l’hydratation nécessaire à cette saison. Les aliments aux énergies les plus chaudes comme la volaille et le blé sont nécessaires. Prenez-les en compte. C’est le moment de profiter des chou-fleurs, pissenlits, épinards, céleris, blettes, brocolis, courgettes, poivrons, de la chicorée, des orties, de la mâche, des cardes, des haricots vers ou du concombre. Au niveau des fruits, la pastèque regorge d’eau. Profitez du melon, des fruits rouges et des tomates. Attention tout de même car, les tomates sont particulièrement acidifiantes et, ne conviennent pas à tout le monde. Si vous avez quelques difficultés digestives avec, privilégiez les tomates de fin de saison, bien mûres. Les tomates vertes dégagent également une substance toxique qui sera éliminée facilement par la cuisson. Tentez la confiture de tomates vertes : c’est un délice de saison. Du côté des céréales, le blé, le soja et les graines sont bienvenues. De même que pour la tomate, rappelez-vous que le blé est assez indigeste pour les jeunes enfants. Organisez bien vos menus, si vous utilisez cette technique. Quant aux protéines, dites oui aux viandes de porc et aux jaunes d’œufs. Niveau plaisir, les vins tanniques sauront être appréciés par votre cœur ; mais aussi le café, le chocolat noir non sucré. Le tout avec modération bien sûr.

Je finirais sur la question de la cuisson, qui n’est pas suffisamment traitée dans nos habitudes. Pour préserver ces bons aliments, c’est le temps des grillades pour la viande autant que pour les légumes. Eloignez-les donc des braises. Il vaut mieux éviter les chaleurs importantes qui génèrent des fumées toxiques et cancérigènes.

L’importance des plantes

Je vous propose un rapide rappel des plantes, qui agiront favorablement sur votre organisme en soutenant l’assimilation des aliments ingérés. Mon explication étant succincte, pensez à bien vous renseigner sur chacune d’elles avant de les consommer sous une forme ou une autre. L’impact n’est pas le même que ce soit en teinture mère ou tisane.

Au niveau des aliments remarquables qui auront une action nettoyante et purifiantes du sang, vous retrouverez le cassis, le guarana, la lecinthine de soja, le saumon/flétan, ou la squalène. Ils sont assez connus.

Au niveau des plantes calmantes, tournez-vous vers l’aubépine, l’angélique, le gui, la myrtille, la passiflore.

Au niveau des plantes stimulantes, le camu camu, le fenugrec, le fucus, la sariette, le thé noir sont vos alliés.

Un petit tour chez votre herboriste pour discuter de vos besoins et des plantes les plus adaptés à votre cas, sera une bonne idée. Je vais clôturer ici ce petit tour d’horizon.

Partager

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Bienvenue sur le blog

Je suis ravie de vous accueillir sur mon blog où je vous partage le fruit de mon cheminement personnel mais également mes apprentissages, mes lectures et tout ce qui me nourrit en tant que femme.

De quoi je vous parle ici ?
D’amour de soi, de spiritualité, du rythme des saisons, de féminitude, de blessures d’âme, des saisons de vie de la femme, de missions d’âme, de sagesse féminine, de créativité, de notre relation aux travail, d’estime et de confiance en soi, de sexualité, de matresence, d’hypersensibilité…

Article le plus populaire

  • Apprendre à devenir mère : les enjeux de la matrescence